[ENTRACTE]

L’entracte arrive.
Les spectateurs se lèvent et sortent de la salle.
Certains commandent un verre au bar, d’autres discutent dans le foyer, d’autres encore en profitent pour rallumer frénétiquement leur téléphone ou aller rapidement fumer dans la rue.
Mais certains ne sont pas sortis.
Ils préfèrent profiter de ce court moment d’intimité avec le lieu.
Pour ces quelques contemplatifs, dont je fais partie, le spectacle n’est plus sur scène mais dans la salle.
L’écrin devient bijou le temps d’une pause.
Juste quelques minutes pour admirer les dorures et les moulures baroques, les mille facettes du lustre monumental, le lourd et imposant rideau, l’armée de fauteuils en uniforme rouge, le plafond peint et tous ses détails cachés ou les angelots joufflus qui montent la garde.
Tout ce décor unique va replonger dans le noir dès que l’artiste réapparaitra. Mais qui n’a pas rêvé de rester après le spectacle, seul sur scène face à ce lieu majestueux redevenu vide et silencieux ?

C’est sûrement cette idée qui m’a conduit à commencer ce projet photographique. Durant cinq ans, j’ai eu ainsi la chance de pouvoir entrer dans des théâtres, opéras, auditorium pour en faire le portrait.
Si leur plan parfaitement symétrique, presque hypnotique, leur donne un air de famille évident, le style de chaque architecte les rend tous différents.
Cette série n’est qu’un petit aperçu de ce patrimoine.
Mais j’espère qu’il vous encouragera à rester sagement assis au prochain entracte.

The intermission comes.
Spectators stand up and leave the theatre hall.
Some get a drink at the bar while some chat in the foyer, others take this opportunity to frantically switch on their phones or go and have a quick smoke in the street. But others don’t leave.
They prefer to take advantage of this short moment of intimacy with the place. For these few contemplative spectators, including me, the show is no longer on the stage, but in the hall.
The jewel-box becomes the jewel only during the pause.
Just few minutes to admire the baroque gilt and molding, the myriad facets of the immense chandelier, the impressive and heavy curtain, the army of seats in red uniform, the painted ceiling and its hidden details or the chubby cherubs standing guard.
The entire unique setting will be plunged once again into darkness as soon as the artists come back on stage.
But who wouldn’t dream of staying after the show, alone on stage in front of this majectic place empty and silent again?
This is certainly the idea which led me to begin this photographic project.
For five years, I had the opportunity to get into theatres, opera houses, auditoriums, to portray them.
Although their perfectly symmetrical, almost hypnotic, layout gives them an obvious family resemblance, the style of every architect makes them all different.
This serie is only a small preview of this heritage.
Still I hope it will encourage you to sit quietly during the next intermission..